Dents manquantes

  • Dents manquantes

Le pont fixe et l’implant dentaire servent fréquemment à remplacer des dents manquantes et à corriger certains troubles d’occlusion.

La couronne et le pont constituent l’option la plus efficace de remplacement des dents manquantes ou de correction des troubles d’occlusion.

    • Ponts

Le pont, appareil dentaire d’aspect naturel, peut remplacer une section de dents manquantes. Puisqu’il est fait sur mesure, le pont est presque invisible et rétablit le contour naturel des dents, ainsi qu’une relation adéquate entre les dents des mâchoires supérieure et inférieure.

En raison de son caractère semipermanent, le pont est parfois désigné par l’expression prothèse partielle fixe. Il se lie aux dents ou aux implants existants. Certains ponts sont amovibles et le porteur peut les nettoyer. Dans d’autres cas, le dentiste doit les retirer.

La porcelaine, les alliages d’or ou une combinaison de ces matériaux servent habituellement à fabriquer les ponts.

L’appareil appelé pont sur implants se rattache à la zone sousjacente au tissu gingival, ou à l’os.

    • Implants

Le concept d’implantation de racines métalliques ou prothétiques dans les mâchoires en vue de soutenir les dents ne date pas d’hier. Des archéologues ont découvert des spécimens d’implants dentaires portés par des momies de l’Égypte ancienne.

Débuts du remplacement dentaire dans les civilisations anciennes de la Méditerranée
Au fil des siècles, on a tenté de concrétiser ce concept de différentes manières. Cependant, ces tentatives se sont révélées infructueuses jusqu’à tout récemment

On attribue la découverte et la mise au point de la technique d’ostéointégration au Dr PerIngvar Branemark. L’ostéointégration se définit par la l’adhésion chimique et mécanique d’un implant en titane (essentiellement une vis ou un dispositif de fixation en titane) à l’os périphérique. L’implant constitue une racine artificielle, ou ancrage, destiné au remplacement d’une dent manquante. Les implants fournissent une base plus stable aux dents de substitution. Ils améliorent également l’usage des ponts et des prothèses dentaires.

La pose d’implants dentaires s’effectue en équipe. En fait, cette équipe se compose d’un spécialiste de la dentisterie restauratrice qui, au final, fabrique la prothèse ou les dents de substitution, ainsi que d’un chirurgien expérimenté qui insère les implants dentaires dans l’os de la mâchoire. Une évaluation consciencieuse du patient et une planification méticuleuse sont essentielles à l’obtention de résultats prévisibles et satisfaisants.

Le traitement comprend trois phases. La première phase consiste en l’insertion des implants par le spécialiste de la chirurgie dentaire. La deuxième phase du traitement est exécutée après une période de guérison appropriée. L’os guérit lentement. Par conséquent, une période approximative de trois à six mois est nécessaire à l’achèvement du processus d’ostéointégration. Cette deuxième phase consiste en l’insertion d’ancrages, ou de minuscules montants métalliques, dans les implants. La troisième phase du traitement correspond à la phase de restauration. Elle prévoit la fabrication des nouvelles dents de substitution, ainsi que leur intégration aux implants et aux ancrages.Si l’os de la mâchoire ne peut pas supporter de prothèse dentaire amovible, ou si l’espace entre les dents servant de piliers de soutien à un pont s’avère trop large, les implants dentaires représentent un moyen polyvalent de former un ancrage nécessaire au remplacement durable des dents. On peut recourir aux implants dans les situations suivantes :

Les implants dentaires reposent maintenant sur plus de 40 ans d’expérience. On a mesuré leur taux de succès dans le monde entier. Plus de 95 % des insertions d’implants dentaires sont assortis d’un taux de réussite supérieur à cinq ans. Après cinq ans, la perte d’implants devient très rare.