Troubles de la mâchoire ou de l’articulation temporomandibulaire

Parfois, les personnes qui grincent des dents finissent par souffrir d’un trouble grave de la mâchoire qui, si on omet de le traiter, peut produire des effets indésirables sur les dents, les gencives et les structures osseuses de la bouche.

L’un des troubles de la mâchoire les plus courants touche l’articulation temporomandibulaire, qui relie la mâchoire inférieure au crâne et permet d’ouvrir et de fermer les mâchoires supérieure et inférieure, en plus de faciliter la mastication et la parole.

Lorsqu’elles ouvrent et ferment la bouche, les personnes qui présentent un trouble de l’articulation temporomandibulaire (ATM) entendent souvent un craquement ou un claquement. Ce trouble s’accompagne de maux de tête fréquents, de douleurs à la nuque et, dans certains cas, d’hypersensibilité dentinaire.

Parmi les traitements du trouble de l’ATM, citons les relaxants musculaires, l’aspirine, la rétroaction biologique, ou le port d’un petit appareil buccal en plastique pendant le sommeil.

Les troubles mineurs de l’ATM impliquent un malaise ou des douleurs au niveau des muscles de la mâchoire. Des troubles plus graves englobent un désalignement des articulations ou la dislocation des mâchoires. La forme la plus extrême de trouble de l’ATM se traduit par l’arthrite de l’articulation mandibulaire. Les lésions traumatiques peuvent également provoquer une dislocation de la mâchoire.

Dans ces cas précis, on recourt à la chirurgie maxillofaciale pour corriger la situation. Dans ce domaine, on peut exécuter certaines interventions grâce à l’arthroscopie.